Test :: God of War: Ghost of Sparta ( PSP )

Notre test de God of War: Ghost of Sparta
God of War: Ghost of Sparta
  • Date de sortie : 1 novembre 2010
  • Console :
  • Éditeur : SCEA
  • Développeur : Sony Computer Entertainment

S’il y a une chose que l’on peut retenir, à propos de la franchise God of War, c’est que la qualité a toujours été au rendez-vous.  Ayant joué à tous les titres de cette série, autant sur PS2, PSP que sur PS3, je ne pouvais qu’attendre ce nouvel épisode avec impatience tout en étant légèrement inquiet. La raison en est fort simple. Après autant de jeux aussi incroyables, la série sera-t-elle en mesure de nous tenir en haleine une fois de plus ? Afin de le savoir, il n’y a qu’à y jouer. C’est ce que j’ai fait afin de vous livrer mes impressions sur God of War : Ghost of Sparta.

QUELLE FAMILLE !
Pauvre Kratos. Le moins que l’on puisse dire, à propos de notre suicidaire préféré, c’est qu’il ne l’a jamais eu facile. Après que les dieux lui eurent promis, à maintes reprises, que ses services seraient récompensés, notre guerrier se retrouve au prise avec des visions de son passé mettant en vedette non pas sa femme, mais sa mère. Pas moyen d’y échapper. S’il ne veut pas devenir (plus) fou, il devra aller au bout de celles-ci afin de découvrir les secrets sa mère pourrait lui révéler. N’écoutant que son courage, il embarque sur un navire en direction de l’Atlantide pour y rejoindre sa conceptrice et lui tirer, littéralement, les vers du nez!
CHANTONS SOUS LA PLUIE…
Dans les premières minutes de jeu,  notre sympathique schizophrène est en route pour le temple de Poséidon. Il pleut à boire debout, la mer est houleuse et notre ami n’a même pas de parapluie pour se protéger alors que les marins qui l’accompagnent geignent qu’ils vont tous mourir. Comme si ce n’était pas suffisant, une créature aquatique pour le moins agressive décide de mettre un grain de plus dans cette eau pourtant déjà bien salée. Ce sera le premier véritable test de notre combattant qui prendra les armes, comme à l’accoutumé, afin de trucider toutes les créatures qui se dresseront sur son chemin.
ZOOTHÉRAPIE
Celles-ci seront nombreuses et variées. Tout au long de sa quête, Kratos rencontrera moult créatures  démoniaques ayant parfois formes humaines,  parfois formes bestiales. Les animaux rencontrés, bien que souvent velus, ne sont malheureusement pas là pour recevoir des câlins de la part de notre Spartiate.   Peu importe, notre guerrier les anéantira tous afin d’exulter son agressivité et libérer ses tensions.   Les combats sont toujours aussi plaisants que dans les épisodes précédents. Les lames virevoltent avec efficacité, il est possible de bloquer les attaques, d’effectuer des roulades, de saisir des adversaires à mains nues ou encore de se ruer sur ceux-ci  afin de les projeter au sol. Les actions contextuelles sont également de retour alors qu’il nous faut exécuter certaines combinaisons afin de finaliser notre combat d’une manière particulièrement violente. La caméra s’approche alors de l’action afin de nous placer aux premières loges et nous permettre de bien « apprécier » toute la folie meurtrière de notre fou furieux.
Les pouvoirs spéciaux sont à nouveau de la partie. Fait à noter, ils nous sont offerts très rapidement afin de nous permettre de varier nos attaques dès les premières minutes de jeu. L’arsenal et les possibilités continueront d’évoluer alors que nous gagnerons des orbes rouges tout au long de l’aventure. Bref, il y en a pour tous les goûts.
Les phases d’explorations sont aussi jouissives que les combats. Notre personnage se déplace avec aisance, les niveaux sont bien construits, il est possible d’escalader, de nager, de sauter, de nous accrocher à différentes parois et textures et ce, autant à la verticale qu’à l’horizontale. Certains puzzles sont présents mais, si vous avez déjà joué aux autres titres de la série, vous ne vous casserez pas trop la tête pour les résoudre. Le tout est peut-être un peu trop linéaire à notre goût mais bon, c’est bien parce que l’on cherche des problèmes là où il n’y en a pas vraiment.
Côté graphismes, c’est au poil. Si les premières minutes nous semblent un peu ternes en raison de la pluie incessante et des couleurs plutôt sombres, on en aura rapidement plein la rétine une fois à terre. Les différentes textures et les effets spéciaux sont possiblement les plus beaux à avoir été conçus sur PSP. En moins d’une heure, vous aurez apprécié le ruissellement de l’eau sur les différentes surfaces, les cercles concentriques qui se forment suite aux gouttes de pluie, la bave bien visqueuse qui dégouline  de la gueule de certaines bestioles, la lave en ébullition à l’intérieur d’un volcan ainsi que la vapeur créée par l’eau qui entre en contact avec celle-ci. De nombreux autres environnements viendront pimenter l’expérience de jeu tout en apportant une certaine variété. Montagne enneigée, palais, grottes, canyons  et autres paysages plus ou moins bucoliques vous plairont tous autant les uns que les autres.   
Si vous ajoutez à cela les traînées de feu suite au maniement de vos lames, les effets spéciaux suite aux attaques contextuelles ou spéciales ainsi que  les déplacements parfaitement fluides de Kratos et de la grande majorité de ses adversaires,  vous comprendrez qu’un véritable spectacle visuel vous est offert.
Les programmeurs de Ready At Dawn savent faire, il n’y a aucun doute à ce niveau. C’est beau, spectaculaire et le tout est servi via un moteur graphique qui ne s’en laisse pratiquement jamais imposer en situation de jeu, d’exploration ou encore lors des cinématiques. Les concepteurs qui nous offrent encore des jeux avec des personnages robotiques sur PSP devraient avoir honte de leur travail. La portable de Sony en a sous le capot et les artisans de Ghost of Sparta nous le démontre avec brio.
Côté sonore, c’est tout simplement magistrale. Les orchestrations typiques de la série viennent chatouiller nos tympans mais elles sont moins présentes qu’auparavant. Cela n’est pas pour nous déplaire pour autant puisque les bruitages sont tout à fait sublimes. Que ce soit le vent glacial des montagnes,  le crépitement des flammes ou encore le bois qui craque, en passant par la sonorité des pas de notre spartiate sur les différentes textures, tout est parfait. Le bruit des armes, le cri des bestioles ou encore le gargouillis des membres qui sont déchiquetés favorisent une immersion totale. Les ingénieurs de son ont mis le paquet et ont prouvé qu’ils sont de véritables virtuoses. Le jeu des acteurs n’est pas en reste non plus. Les amateurs de la série savent que les voix des épisodes précédents étaient grandioses. C’est toujours aussi vrai et ce, même dans la langue de Molière.   C’est une surprise de taille puisque, habituellement, les voix françaises sont toujours une coche en dessous de ce qui se fait dans la langue originale. Pas ici. C’est joué avec tact, précision et passion. Du grand art.
Le seul bémol du titre tient à sa durée de vie. Quand on a affaire à un jeu aussi exemplaire que Ghost of Sparta, on n’en a jamais assez. On voudrait que le titre s’étale sur 10-12 heures au moins. Or, le chronomètre de notre console indique un peu plus de 5 heures, soit la moitié de nos désirs. Naturellement, nous préférons 5 bonnes heures de jeu à 25 heures médiocres mais il demeure que, comme pour un bon livre, on aurait aimé pouvoir le poursuivre à l’infini. Malgré tout, Ghost of Sparta nous offre par la suite  différents défis et des modes de jeu plus difficiles afin de déverrouiller certains extras.
En conclusion, Ghost of Sparta est un véritable bijou qui ne devrait pas décevoir lesnouveaux joueurs tout comme  les amateurs de la série. Avec ses graphismes éblouissants, sa sonorité exemplaire et sa jouabilité toujours aussi jouissive, God of War nous revient en force et ce, pour notre plus grand plaisir. Si vous n’avez qu’un jeu à acheter sur PSP, c’est celui-ci. Vous ne serez pas déçu.

+ Pour
  • Graphismes incroyables
  • Jouabilité extraordinaire
  • Sonorité éblouissante
  • Digne de la franchise God of War
  • Une fin étonnante
  • Un excellent doublage français
- Contre
  • Trop court à notre goût. On en aurait pris encore, encore et encore…
Rédaction Game-Focus donne la note globale de 9.3

PREMIÈRES IMPRESSIONS

Médias sociaux

Qui est en ligne?

Nous avons 1982 invités et aucun membre en ligne

Sondage GF

Allez-vous acheter la Xbox One X?

Récents commentaires

Fil d'actualité introuvable