Forza 2 entre nos mains [44715]

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Un texte de Jocelyn Côté





C’est avec une certaine fébrilité que nous avons franchi, mercredi soir dernier, les portes de la firme High Road Communications afin de faire un essai privé de la seconde itération de la franchise Forza qui paraîtra, le 29 mai prochain, sur Xbox 360. Écran haute définition et volant sans fil étaient au rendez-vous pour nous permettre d‘apprécier, à leur juste valeur, les efforts déployés par les programmeurs de Forza Motorsports 2 qui nous offriront une première véritable simulation de courses automobiles sur une console de nouvelle génération. Pour en savoir plus, montez avec nous pour une petite ballade dans l‘univers de Forza Motorsports 2.



Une fois le titre lancé, on remarquera le remodelage de l’interface de jeu. Celle-ci est sobre, avec des couleurs et textures actualisées qui nous donnent l’impression d’évoluer dans un univers d’ingénieurs motoristes. Les différents modes de jeux sont variés et ont eux aussi bénéficié d’un remodelage au niveau de la présentation. Tout cela est bien beau, mais importe peu à l’amateur de sensations fortes qui sommeille en nous. C’est donc avec empressement que nous avons choisi un Mustang GT pour affronter le circuit du Nürburgring afin de pouvoir dompter la bête et vous offrir nos premières impressions de jeu.

La première claque nous vient, bien évidemment, du graphisme beaucoup plus détaillé que dans la version précédente. Les craquelures dans le bitume sont très réalistes tout comme l’usure apparente et les traces de pneus qui se retrouvent sur les vibreurs, ce qui a pour effet de donner une certaine vitalité au circuit légendaire. On remarquera des voitures stationnées le long du parcours de même que la présence de photographes modélisés en 3D à certains endroits stratégiques. La profondeur du champ de vision est tout simplement phénoménale alors que l’on peut apercevoir des montagnes au loin pendant que l’on prend une longue courbe à plus de 200 km/h avant d’aboutir dans le muret de sécurité. Cette perte de contrôle volontaire, précisons-le, nous donnera l’occasion de voir certaines parties de notre voiture être pulvérisés alors que la vitre arrière et le pare-chocs avant feront maintenant bande à part tant l’impact était violent. Qu’à cela ne tienne, les flammèches obtenues par le fait même valaient le détour. Une fois la voiture en marche arrière, on se désolera de constater que la barrière de sécurité ne semble pas avoir subi la moindre égratignure, ce qui est réellement questionnant compte tenu de la vitesse à laquelle nous l’avons embrassée. Cependant, on pourra remarquer que le châssis de notre bagnole est composé d’un magnifique alliage argenté sous sa peinture rouge brique maintenant égratignée sévèrement. Une fois de retour en piste, suite à cette visite champêtre, nous prenons plaisir à modifier les champs de vision offerts par le titre (3e personne éloignée, 3e personne rapprochée, devanture de la voiture et 1re personne) tout en constatant que les programmeurs ont poussé la machine à fond au niveau des reflets sur la carrosserie. Rarement a-t-on vu des reflets aussi réalistes alors que notre voiture roule à pleine vitesse. Un vrai miroir. Très impressionnant. Malgré toutes ses belles innovations et cette belle progression, on remarquera que certains bugs de collision sont présents alors que des pièces de notre voiture traversent parfois des murets sans qu’il n’y ait aucun dommage à la voiture ou à la barrière en question. Ce sont des détails mineurs qui pourront certes être corrigés d’ici à ce que la version finale du jeu soit sur les tablettes.

Côté sonore, il n’y a pas grand-chose à dire si ce n’est que le titre semble frôler la perfection. Les différents bruitages sont excellents tant au niveau des moteurs, des freinages, des dérapages et de la sonorité des pneus sur les différentes textures rencontrées sur notre parcours. Il est à noter que l’on entend distinctement le cliquetis des changements de vitesse tout comme les applaudissements des spectateurs, eux aussi en 3D, lorsque l’on roule à vive allure près des gradins. Les ingénieurs du son ont même poussé l’audace jusqu’à nous offrir des chants d’oiseaux parfaitement audibles lorsque l’on freine notre voiture en plein milieu de la forêt ! C’est un détail insignifiant en apparence puisque, dans 99,9 % des cas, les moteurs rugiront et ne laisseront pas les volatils s’exprimer, mais, lorsque les moteurs s’éteignent, cela donne une grande vitalité au titre et cela vient renforcer le sentiment de réalisme. Bravo.



La jouabilité nous est apparue très bonne, à l’image du premier opus, alors que les dommages causés à la voiture viennent grandement affecter ses performances au point de la rendre parfaitement incontrôlable après quelques tamponnades bien senties. Les manches analogiques, de même que le volant sans fil, répondaient parfaitement à nos moindres désirs tout en étant assez précis pour exiger une grande dextérité dans les passages plus techniques des différents circuits. L’intelligence artificielle nous a également semblé améliorée alors que nos adversaires n’hésitaient pas à venir nous couper à la dernière seconde ou à fermer la porte même dans les situations où ils devaient s’éloigner de leur ligne de conduite idéale. Le seul point négatif qui nous vient à l’esprit au niveau de la jouabilité concerne l’utilisation du rétroviseur. Pour une raison obscure, ce dernier était parfois invisible pendant de longues secondes voire même sur plusieurs tours avant de réapparaître tout d’un coup. Bizarre.
 
Malheureusement, il n’était pas possible de jouer en ligne avec la version que nous avions sous la main. Cependant, compte tenu de ce qui a été annoncé à ce sujet et de l’expérience acquise depuis le premier épisode de la série, il y a fort à parier que ce mode de jeu bénéficiera de toute l’attention nécessaire. Parmi les autres nouveautés que nous avons effleurées, nous avons particulièrement apprécié les quelques minutes passées dans le mode qui nous permet de modifier l’apparence de la voiture. Le tout était très convivial et permettait des résultats impressionnants en quelques secondes seulement. Les purs et durs se régaleront certainement à créer de petits chefs d’œuvres qu’ils exposeront en ligne lors des différents tournois qui verront le jour à travers la planète.

Alors qu’il ne restait que quelques minutes à notre essai, nous n’avons pu nous empêcher de prendre le volant d’une Diablo GTR pour filer à pleine vitesse dans les rues de New York. La sensation de vitesse était tout simplement ahurissante, en vue à la première personne, alors que nous nous sommes crispés sur notre manette avant d’emboutir notre bombe dans le muret de ciment situé au bout de la longue ligne droite afin de vivre cette expérience au moins une fois dans notre vie. Une sensation vraiment intense !

Compte tenu du peu de temps qui nous était accordé pour ce premier tour de piste, il est évident que nous n’avons fait qu’effleurer Forza Motorsports 2. Ce titre regorge de qualités et semble avoir bénéficié du traitement auquel il avait droit. Ses qualités au niveau de la sonorité et des graphismes sont indéniables et la durée de vie s’annonce tout simplement phénoménale en raison des différentes possibilités qui s’offriront aux amateurs de courses et de belles voitures. Si les programmeurs réussissent à corriger à temps les petits problèmes techniques mentionnés ci-haut, il est indéniable que la franchise Forza consolidera ses acquis pour entrer dans la légende des simulations de courses sur consoles tout en prenant place, sans complexe, aux côtés de la série Gran Turismo.

Revenez nous voir dans quelques semaines pour notre test complet de la version finale de Forza Motorsports 2.


BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUSBLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS