Notre test de Dead Cells, le roguelike diabolique

Les gros titres...

Tests de jeux vidéo

 

Nom: Dead Cells

Plateforme: PC, Playstation 4, Switch et Xbox One

Éditeur: Motion Twin

Développeur: Motion Twin

Prix: CDN$ 33.49 (PS4) CDN$ 24.99 (Xbox One) CDN$ 24.99 (Switch)

Type: Roguelike

Date de sortie: 7 août 2018

Conditions de test: Testé sur Playstation 4

 


Note: La copie du jeu utilisée pour la production de cette critique a été gracieusement offerte par l’éditeur. Les opinions dans cette critique ne tiennent pas en compte la participation de l’éditeur qui n’intervient aucunement dans le processus de rédaction de nos textes et nos vidéos.


 

 

Développé par les français du studio Motion Twin, Dead Cells a fait un long chemin en accès anticipé sur Steam avant de prendre la forme qu'on connait actuellement. Les développeurs ont d'ailleurs fourni un suivi irréprochable de leur jeu avec plusieurs mise à jour majeures apportant à chaque fois son lot de contenu modifiant drastiquement l'expérience de jeu. C'est donc à l'occasion de la sortie officielle de la version 1.0.0 et une sortie simultanée sur les consoles que nous pouvons enfin juger Dead Cells une fois pour toute.

Au début du jeu nous nous réveillons dans le corps d'un prisonnier décapité dans une prison délabrée qui, comble de malchance, ne peut pas mourir. On apprend rapidement que nous sommes sur une île en proie à une étrange maladie, le ''mal-être''. On embarque sans vraiment plus d'informations après une courte discussion avec un PNJ pour tenter de s'échapper. La narration est assez en retrait et il faudra fouiller les recoins des niveaux pour avoir des explications sur les évènements antérieurs à l'épidémie.

 

 screena

 

Dès les premiers pas dans le dédale de la prison, une chose frappe: la maniabilité est d'une intuitivité et d'une fluidité rare. Deux touches sont attribuées aux armes (corps à corps et/ou distance) et deux autres pour les outils allant de la simple grenade à la tourelle ballistique. Notre héros peut également effectuer des roulades bien pratiques pour esquiver les tirs ennemis ou simplement leur passer dans le dos. Un double-saut est également présent ainsi qu'un dash vers le sol pouvant servir à occire vos ennemis. Plus tard dans le jeu, vous pourrez acquérir de nouvelles capacités permettant par exemple de grimper sur les murs. Tout cela donne un sentiment grisant et explorer les différents environnements est un plaisir de tous les instants d'autant que les feedbacks visuels et sonores lorsqu'on frappe les ennemis sont très satisfaisants et contribuent au plaisir de jeu.

La contruction du level design est aussi très maligne. Si au départ l'enchaînement des niveaux semble linéaire, l'obtention de nouvelles capacités permanentes (on y reviendra) permettra de débloquer de nouveaux chemins inédits à la manière d'un metroidvania. Au final, il est possible d'arriver aux différents boss par plusieurs itinéraires bien différents rendant l'exploration d'autant plus jouissive d'autant que de nombreuses choses sont à faire dans chaque niveau avec des coffres maudits, des marchands ou même des ennemis d'élite qui donnent parfois des schémas rares.

 

 screenb

 

Dead Cells est un roguelike, ce qui sous-entend qu'à chaque mort on recommence depuis le début. On conserve toutefois les équipements ramassés en cours de route pour peu que le joueur ait rendu visite au collecteur entre deux niveaux et lui ait remis les schémas récupérés. Ceux-ci devront être ensuite débloqués via les orbes bleues que les ennemis lâchent à leur mort. Ces schémas prennent différentes formes: des armes, des sorts, des compétences (plus de potions de soin, plus d'or au début de chaque run et des mutations qui pourront être sélectionnées entre chaque niveau.

 

 screenc

 

Ces hub de transitions permettent également de changer les caractéristiques de votre équipement moyennant des pièces d'or, la seconde monnaie du jeu. Vous pouvez choisir de privilégier le gel, le poison ou des effets plus exotiques comme des vers qui viennent dévorer les orteils de vos ennemis à chaque mort ou encore rendre les cadavres explosifs.

En plus de cela, il sera possible de récupérer des parchemins de puissances durant l'exploration permettant d'améliorer les 3 caractéristiques que sont la brutalité, la survie et la tactique. Ces améliorations seront par contre réinitialisées à chaque nouvelle mort. 

De plus, les équipements et les mutations sont rattachés à une de ces caractéristiques et augmentent de puissance à chaque montée de niveau. Je vous laisse imaginer les nombreuses possibilités de build qu'il est possible de réaliser.

 

 screend

 

L'arsenal est d'ailleurs une autre grande force du jeu avec une diversité assez folle qui, couplé avec la variété des effets, rend les possibilités très riches pour le joueur qui sait s'adapter. Chaque partie est donc bien différente si l'on a une épée très lourde ou seulement des sorts d'éclair ce qui fait oublier tout sentiment de répétitivité. De plus, si vous avec la collectionnite, vous serez aux anges avec tous vos schémas qui sont exposés à chaque début de run. 

Et comme on y coupera pas, impossible de ne pas évoquer les graphismes en pixel art très colorés et le travail réalisé sur les animations qui donnent vie à cette île prison de la plus belle des manières.

Petit mot sur les thèmes musicaux de chaque niveau qui collent parfaitement à chaque environnement et zigzaguent entre totalement épique à lugubre.

 

screene

 

Cependant, après deux ans d'accès anticipé on aurait aimé avoir plus de contenu, car atteindre le boss de fin demande peu de temps. Ce dernier est d'ailleurs assez mal équilibré par rapport au reste du jeu avec une difficulté prononcée qui jure avec le reste du jeu qui n'est pourtant déjà pas si simple.

 

 Score8

 

Conclusion

Dead Cells est un grand roguelike et disons-le un grand jeu tout court. Si vous êtes amateur de ce genre de jeu, ne réfléchissez pas plus longtemps car vous y trouverez votre compte. Pour les autres, si une difficulté relevée et l'obligation de recommencer le jeu à chaque mort ne vous rebute pas, vous trouverez un jeu avec une maniabilité jamais prise en défaut et un game-design qui récompense l'exploration. Et ce n'est pas les menus défauts (contenu un peu chiche et des problèmes d'équilibrage mineurs) qui doivent vous empêcher de vous jeter sur le jeu. Par contre si vous vous retrouvez à 4 heures du matin les yeux hagards à vous chuchoter "Juste une dernière partie...", il faudra pas venir se plaindre.

 

 

pour

+ La maniabilité et la fluidité de l'ensemble

+ La non-linéarité

+ Les musiques

+ La variété de l'équipement et des compétences absolument folle

+ L'humour général

 + Le pixel-art et les animations sublimes

contre

- Des problèmes d'équilibrage

- Un peu court si on aime pas faire les jeux à 100%

- La narration un peu en retrait

 


BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUSBLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS

TESTS DE JEUX RÉCENTS

PREMIÈRES IMPRESSIONS

GF recommande

Les sorties jeux de la semaine du 17 décembre 2018

Lire la suite...

Sur Cinévore par GF

Audio : Podcast & Radio

Les derniers blogues et éditoriaux

Sondage GF

Est-ce trop tôt pour annoncer une prochaine Xbox?

Médias sociaux

À voir sur GF