The Orville - Mon avis de l’épisode 1

Cinéma, séries télé, Netflix, Manga et super-héros

Était diffusé sur FOX le 10 septembre dernier, le premier épisode de la comédie de science-fiction The Orville de Seth MacFarlane, le créateur de Family Guy et American Dad. S’inspirant dans les moindres détails de Star Trek et se déroulant 400 ans dans le futur, The Orville nous invite à suivre le capitaine Ed Mercer et son équipe à bord du vaisseau The Orville.

The Orville review

Dès les premières mesures, on nous fait suivre le personnage de Mercer incarné par MacFarlane à qui l’on a confié le vaisseau à la fine pointe de la technologie, The Orville. Est ainsi introduit chacun des membres d’équipage que nous allons suivre dans la série. Pas de surprise ici, chaque personnages semble s’inspirer de près ou de loin à ce que nous avons connu dans Star Trek. On en profite pour confirmer des clichés et en détruire d’autres. Par exemple, le chef de la sécurité est une femme toute petite, mais surpuissante. C’est la même chose pour le superbe vaisseau qui ressemble de l’intérieur à l’USS Enterprise de Star Trek. Pour faire différent, Seth MacFarlane a cru bon changer certains éléments pour se différentier de Star Trek, les puristes vont sans doute le remarquer. Un de ceux-là est l’absence d’un ascenseur pour arriver sur le pont du vaisseau. Effectivement, dans toutes les séries Start Trek, c’est un turbo lift qui s’ouvre sur le pont alors que dans The Orville, on a fait différent avec des escaliers.

Esthétique surprenante
Ce qui m’a frappé dans cet épisode est le soin accordé aux images. Naturellement on sait qu’il s’agit de rendus par ordinateur mais c’est tout simplement superbe et crédible. Rien à envier à Star Trek de ce côté. Les costumes, les écrans sur lesquels les officiers travaillent et les armes sont surprenants par leur réalisme. Je dois le dire, je m’attendais à moins de détails pour une comédie. Dans ce premier épisode nous avons eu droit à un combat avec The Orville de même qu’un échange de tir au sol. C’est habituellement là ou certains films ou émissions échouent avec des tirs de laser croches et mal intégré, mais pas dans The Orville qui nous en amis plein la vue lors des combats.

Un peu d’histoire
Dans ce premier épisode le Vaisseau The Orville doit aller livrer du ravitaillement à une planète peuplée de scientifiques. On apprendra alors qu’il s’agissait d’une ruse pour attirer un vaisseau de la fédération. Aussi, on nous propose en toile de fond une histoire secondaire qui implique le capitaine Mercer et sa seconde en chef qui se trouve à être son ex-femme incarnée par l'actrice Adrianne Palicki (Marvel: Les agents du S.H.I.E.L.D.). Ne s’étant pas laissé en très bon termes, cette situation sera l’occasion de quelques dialogues amusants entre les deux personnages.

Sans se bidonner du début à la fin, The Orville s’appuie sur un bon tempo pour nous garder river à notre siège. Les blagues bien réparties sur toute la durée de l’émission sont bien dosées pour ne pas en faire une émission ridicule. J’ai donc été rassuré de ce côté puisque l’humour « pipi-caca » juvénile décapante de Seth MacFarlane que j'adore dans Family Guy et American Dad, n’a pas occupé toute la place. Juste assez pour en faire un bon divertissement.

Un élément qui m’a fait sourire à quelques reprises et que je vais devoir laisser de côté pour savourer The Orvile est la voix de Seth MacFarlane. Chaque fois qu’il ouvre la bouche, je voyais des personnages de Family Guy. Très difficile de le dissocier de Peter Griffin, Brian Griffin ou Stewie Griffin, les intonations étant évidemment les mêmes.

En conclusion
Il est naturellement beaucoup trop tôt pour confirmer si cette série sera à la hauteur des attentes mais pour moi, ce premier épisode fut convaincant. En fait, il a même été meilleur que plusieurs épisodes de Star Trek. Si seulement le réseau Fox peut être patient, ce qu’il est rarement, The Orville a tout pour se tailler une place de choix.

The Orville est diffusé chaque dimanche à 20h sur Fox.

8Pointage sur 10

 


BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUSBLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS