Les droits des consommateurs VS l'industrie du jeu vidéo [58481]

Les droits des consommateurs VS l'industrie du jeu vidéo

Les gros titres...

Reportage

La semaine dernière, nous avons été témoins d’une situation étrange de la part d’une chaîne américaine de magasins installée au Québec.  Cette dernière, via son site web, vendait une console PS4 Pro au prix de 379,99 $ au lieu de 499,99 $ (un rabais de 120 $). Évidemment, beaucoup de gens l’ont commandé à cause de ce super prix.

Quelques heures plus tard, des gens se sont plaints que ce magasin ait annulé leur commande leur donnant comme raison que c’était une erreur de prix. Que pouvons-nous faire dans ce genre de situation? Nous avons contacté l’Office de la Protection du Consommateur.   

D’après eux, ils n’avait pas le droit d’annuler les commandes. Surtout que les gens avaient mis leur mode de paiement dans la transaction, ce n’était pas qu’une simple mise de côté. D’après la loi, 224-C, un commerçant ne peut pas, par quelque moyen que ce soit, exiger pour un bien ou un service un prix supérieur à celui annoncé. Cependant, dans un cas comme celui-ci, ça n’aurait pas valu la peine de faire une mise en demeure pour qu’ils respectent le prix car cela aurait coûté trop cher d’avocat.

 Voici un autre exemple où nous nous sommes renseignés auprès de l’office. Si nous achetons un jeu sur lequel il est clairement indiqué qu’on peut y jouer en ligne, mais lorsque nous l’avons installé, le service en ligne n’est plus disponible pour raisons diverses. Encore une fois, si ce jeu est vendu, vous pouvez soit vous retourner contre le magasin où vous l’avez acheté ou vers l’éditeur qui continue à le vendre.

C’est carrément de la fausse représentation. Dans ce cas, ça ne vaut pas la peine de faire une mise en demeure contre soit le magasin ou l’éditeur du jeu car cela coûtera trop cher en frais divers.

Quelles sont nos idées afin d’éviter ce genre de situation, qui continue encore aujourd’hui, dans le futur ?

1-      Faire un recours collectif contre les magasins qui vendent ces jeux (neufs ou usagés) et/ou contre l’éditeur?

2-      Les revendeurs de jeux comme Microplay, Best Buy, EB Games ne devraient plus acheter ces jeux de leurs clients pour du         crédit en magasin, ou au pire, de mentionner, sur la boîte du jeu, que les serveurs sont fermés et que le contenu en ligne             n’est pas disponible.

Cette solution devrait être effective autant sur les jeux neufs qu’usagés.

C’est à suivre…


BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUSBLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS

Recherche

TESTS DE JEUX RÉCENTS

PREMIÈRES IMPRESSIONS

GF recommande

Les sorties jeux vidéo cette semaine (11 novembre 2019 au 15 novembre 2019)

Lire la suite...

Sur Cinévore par GF

Audio : Podcast & Radio

Sondage GF

Croyez-vous aux chances de succès de Google Stadia

Mots-clés populaires depuis 24h

Médias sociaux

À voir sur GF...