Notre test de Kingdom Hearts: Birth by Sleep
Kingdom Hearts: Birth by Sleep
  • Date de sortie : 6 septembre 2010
  • Console :
  • Éditeur : Square Enix
  • Développeur : Square Enix

 

 

D’une magnifique vidéo représentant la fin secrète de Kingdom Hearts II : Final Mix +, un jeu de plus est né dans la série des Kingdom Hearts. Birth by Sleep a su se faire attendre, puisqu’il a été annoncé sur PSP au Tokyo Game Show de 2007. Franc succès au Japon, ce nouvel épisode arrive enfin chez nous, avec des ajouts exclusifs aux versions occidentales. Un chapitre de plus commence enfin, et quel chapitre !

 
La trinité revisitée
 
Au revoir Sora, Riku et Kairi, bienvenue à Ventus, Aqua et Terra. Les trois nouveaux héros de cette aventure sont des étudiants de Maître Eraqus. À l’instar des chevaliers Jedi, nos trois amis apprennent à maitriser la lumière et rejeter les ténèbres de leur cœur. Ce n’est qu’après un long entrainement qu’ils pourront prétendre au titre de maître. Si Terra, fort guerrier ténébreux, représente la force brute, Aqua est une belle combattante utilisant la finesse. Quant à Ventus, il est le petit dernier encore en apprentissage. Ensemble, ils forment un trio d’amis inséparables, ou presque.
 
Le jour de l’examen final est arrivé. Si Ventus n’est que spectateur, car trop jeune, Terra et Aqua s’affronte pour le titre de Maitre. Aqua réussie le test au la main, mais Terra a encore trop de ténèbres dans le cœur. Encore sous le coup de la nouvelle, nos amis doivent affronter une nouvelle menace : les inverser des êtres sombres menaçant tous les mondes. Terra part en mission, suivie de Ventus. Maitre Eraqus est inquiet pour eux et demande alors à Aqua de les ramener au bercail. Une longue épopée commence, où les amis deviendront des ennemis, un empereur du mal révèlera son identité et la guerre des keyblades prendra tout son sens.
 
Véritable prologue à la saga Kingdom Hearts, les péripéties de nos héros apportent énormément de lumières sur les évènements que nous connaissons tous. Pas d’inquiétude pour les néophytes, le scénario se comprend très bien tout seul (encore plus si l’on est admirateur de La Guerre des Étoiles, tant les analogies sont légions). Découpé en trois aventures distinctes, une par héros, cela permet d’éviter trop de longueurs. Chaque protagoniste suit sa propre voie, avec seulement quelques passages en communs. Comme d’habitude, on passe la majorité du temps à sauver les mondes de Disney. Peter Pan, la Belle au Bois Dormant, Blanche Neige… on retrouve les grands classiques. Pour nous éviter de vivre trois fois la même histoire, les scénaristes ont pensé à varier les passages de nos héros. Ainsi, Aqua aidera Cendrillon à mettre la pantoufle de verre, tandis que Terra l’emmènera au bal en carrosse de citrouille. Le bouquet final du scénario est extraordinaire, donnant tout son sens à l’histoire présente et future. Une question demeure : où sont les héros issus de Final Fantasy ! Un conseil : aller jusqu’au bout des trois histoires, le jeu en vaut la chandelle !
 
 
Se battre pour la lumière !
 
Sur votre chemin vers la lumière, de nombreux ennemis tenteront de vous barrer la route. Des inversés évidemment, mais également les grands méchants Dysney que nous connaissons bien. Pour se défendre, rien de plus efficace qu’une bonne keyblade ! Nos héros la manient à la perfection, avec tout de même quelques différences de style. Pour attaquer, rien de plus simple : un bouton pour le combo normal et un autre pour les magies et autres attaques spéciales. Ces dernières s’organisent via un deck, où vous organiser comme bon vous semble l’ordre des commandes spéciales et objets. Une fois cet ordre établi, il suffit de choisir la commande à effectuer en combat, en fonction de l’urgence du moment. Attention tout de même à garder un petit temps pour la préparation de l’attaque ou de la magie, sous peine de se faire contrer par le moindre coup reçu. Trois constructions de deck peuvent être sauvegardé, à vous de choisir le plus judicieux en fonction des circonstances.
 
Le système se corse quand il s’agit de parler de compétences. Via un système de mixte, vous avez la possibilité en combinant deux magies et un objet spécial d’ajouter une compétence à une commande. Plus de vie, plus de puissance… à vous de créer ce que vous voulez. Une fois la magie au niveau maximum, la compétence s’ajoute à un répertoire, vous pourrez ainsi l’activer quand bon vous semble. Les combinaisons sont nombreuses, la créativité est de mise pour tout débloquer. Il y a les changements de forme pour pimenter l’action. Au fur et à mesure des attaques, une jauge se remplie et une fois pleine, si certaines commandes sont rentrées, nos héros changeront de formes pour un résultat des plus impressionnants. Une sorte de furie à utiliser sans modération. Ajoutez à cela des invocations, un petit jeu de ciblage et de tir, des esquives ou des contres et vous aurez un tour rapide du système de combat de Birth By Sleep.
 
Le moins que l’on puisse dire, c’est que la série Kingdom Hearts a fait un chemin énorme depuis le système de combat du premier épisode. D’un Action-RPG des plus simple, nous voici devant un système de combat riche, complet et diablement prenant. Les possibilités sont tellement nombreuses qu’il vous faudra de nombreuses heures avant d’en saisir toutes les subtilités. Cela s’avèrera nécessaire pour espérer vaincre les ennemis les plus puissants du jeu. Certains affrontements se montrent coriaces et vous demanderont patience et réflexes. Heureusement, il est possible de recommencer les affrontements aussi souvent que nécessaire. Quelques défauts viennent entacher le tout, comme une caméra capricieuse, un lock inefficace, des attaques aériennes peu évidentes et surtout des collisions avec des murs très agaçantes.
 
Des graphismes à faire tomber les cœurs
 
Nous avons beau être sur PSP, les décors et autres ambiances du jeu sont parfaitement respectés. Que ce soit les mondes de Disney ou encore ceux issus de l’univers Kingdom Hearts, tout est là. On parcourt les tableaux avec grand plaisir. Les protagonistes sont également très bien représentés, le design de Nomura est repris à la perfection. Le plus impressionnant reste les combats, d’une fluidité et d’un dynamisme impressionnant. La puissance des attaques se ressent dans chaque coup, alors que nous sommes sur une simple console portable ! En un mot comme cent : le résultat équivaut sans problème le dernier épisode Playstation 2. Quelques ralentissements sont tout de même à signaler, mais rien de grave.
 
Sur le plan musical, nous naviguons en terrain connu. Les mélodies de la série sont aux rendez-vous, que ce soit pour la scène d’ouverture ou dans les moments clés de l’intrigue. Les ambiances sonores de Disney sont également là, toujours prêtes à éveiller notre nostalgie. Les mélodies de Yoko Shimomura font toujours autant mouche, pour le bien de la série et le nôtre !
 
Des jeux dans le jeu
 
Une intrigue captivante, des combats palpitants, une réalisation impeccable, il ne manquait plus qu’un à-côté intéressant pour assurer la qualité de ce Kingdom Hearts. Encore une fois, le jeu se montre très généreux, puisqu’une multitude de quêtes annexes sont proposées. On commence avec une arène de combat, donnant la possibilité de se battre en ligne, contre des inversés ou des humains. Les victoires rapportent des jetons à échanger. Un mini jeu de plateau est également de la partie, ainsi que des courses ou encore du volleyball. Mais ce qui vous tiendra en haleine le plus longtemps, ce sont toutes les compétences et autres objets à collectionner. Les rajouts des versions occidentales augmentent encore la richesse de l’ensemble, avec un ennemi supplémentaire (et diablement coriace), deux keyblades en plus, un mode de difficulté et des couronnes dissimulées un peu partout, donc la collecte débloque de bonus non négligeables. En ligne droite, le jeu vous prendra 25 heures environ. Mais pour atteindre le 100 %, comptez entre cinquante et soixante heures de jeu. De quoi assurer un beau voyage dans l’univers de Kingdom Hearts.
 
Conclusion
 
Encore une fois, la série Kingdom Hearts nous prend aux tripes, en grande partie grâce à ses graphismes sublimes pour une PSP, un système de combat riche et très bien maitrisé ou encore son univers si accrocheur. Le plus impressionnant reste cette ambiance si particulière, à cheval entre le rêve d’un enfant rieur et la mélancolie d’un poète. C’est avec un grand plaisir que l’on suit les aventures de nos trois héros dans ce combat éternel de la lumière contre les ténèbres. Un "must-have "sur PSP, que l’on soit fan ou non de la saga !

+ Pour
  • Un trio inoubliable
  • Un scénario très bien ficelé
  • Des graphismes au top de la PSP
  • Des combats d’une grande richesse
  • Des réponses à quelques questions de la saga
  • Vivement la suite !
- Contre
  • Une caméra trop lente pour les combats difficiles
  • Quelques ralentissements
  • Où sont les personnages de Final Fantasy ?
Rédaction Game-Focus donne la note globale de 9.5

GF recommande

Les sorties jeux de la semaine du 21 août 2018

Les sorties jeux de la semaine du 21 août 2017

Lire la suite...

PREMIÈRES IMPRESSIONS

Dernier "GameFocus Show"

 
 

Médias sociaux

Qui est en ligne?

Nous avons 1288 invités et aucun membre en ligne

GF sur Facebook

Commentaires récents

À voir sur GF