Notre critique de la série Frequency

Cinéma, séries télé, Netflix, Manga et super-héros

 

Un père et sa fille sont sur la même fréquence mais est-ce la bonne...

La série reprend la prémisse du film Fréquences sortie en 2000, sauf que dans cette itération le fils John Sullivan devient Raimy Sullivan (Peyton List), la fille de Frank Sullivan (Riley Smith) et c’est tant mieux. Lors d’une soirée orageuse Raimy aperçoit une lumière provenant de l’ancien radio-émetteur de son père et découvre qu’elle peut communiquer avec lui, peu de temps avant sa mort en 1996. En lui dévoilant qu’il va mourir dans un jour elle réussit à lui sauver la vie, mais ce changement dans la ligne du temps provoque la mort tragique d’une personne en 2016, cette dernière ayant été assassinée par un tueur en série. Étant tous les deux enquêteurs dans la police, Frank et Raimy tentent par tous les moyens de rectifier le tir, leur plan est d’arrêter ce tueur avant l’événement fatidique. Mais à chaque tentative l’effet papillon, œuvrant dans l’ombre, leur complique la tâche. Est-ce vraiment possible de changer le passé sans conséquence? Évidemment la série comprend d’autres trames narratives mais je préfère garder le silence afin de ne pas divulguer trop d’information.

Frequency a

Là où ça devient très intéressant, c’est que tout en menant l’enquête dans leur propre univers, le duo Sullivan s’alimente mutuellement. Par exemple Raimy donne des indices sur le tueur à son père en consultant les dossiers d’enquête de 2016. A un autre moment Frank cache un objet en 1996 afin que Raimy le récupère en 2016. Autre élément qui est bien développé au fil des épisodes est leur soudaine relation interpersonnelle. C’est cette dynamique père-fille dans l’espace-temps qui est la force de la série. Au niveau des acteurs, comme mentionné dans notre avis du premier épisode, leur interprétation laisse à désirer, mais fort heureusement elle s’améliore au fil des épisodes et j’ai adoré la chimie qui s’est installée entre Frank et Raimy.

Ce que je lui reproche principalement c’est qu’à un certain moment on a l’impression de tourner en rond et vers la fin on a droit à 2-3 épisodes de remplissage. Une saison de 10 épisodes plutôt que 13 aurait été préférable. Malheureusement l’émission a été annulée par CW, dans un sens je ne suis pas surpris par cette décision car en visionnant les derniers épisodes je me demandais comment ils allaient produire une deuxième saison sans que ça devienne redondant.

Frequency b


Malgré ses quelques défauts, j’ai bien aimé Frequency, elle nous offre des rebondissements, du suspense, de l’émotion et après chaque épisode on a hâte de voir le suivant. Bref une série qui mérite qu’on y jette un coup d’œil!

La première saison constituée de 13 épisodes a été diffusée sur la chaine CW du 5 octobre 2016 au 25 janvier 2017 avec une moyenne de 900 000 téléspectateurs. Elle est également disponible en anglais sur Netflix Canada . Le Groupe TVA en a acquis les droits pour une éventuelle diffusion en langue française sur club Illico ou sur la chaine TVA.

 

Score7

 

 


BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUSBLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS