Suicide Squad : notre avis !

Cinéma, séries télé, Netflix, Manga et super-héros

 

Conviés à l'avant première du film à Montréal par l'International Game Developers Association et WB Games Montréal, voici notre critique du dernier film issue de l'univers DC.

L'histoire se déroule à la suite de Man of Steel et Batman VS Superman : Dawn of Justice. On y suit une bande de hors-la-loi recrutés par le gouvernement afin de s'ocuper de missions ultra-dangereuses. Parmi eux, Harley Quinn, Deadshot ou encore El Diablo.

Depuis des mois, la machine marketing du studio mettait l'accent, à grands renforts de trailers et autre séquences, sur le ton à la fois léger et décalé de l'oeuvre, grâce notamment à ces personnages de bad guys qui sont rarement mis au premier plan. Les Gardiens de la Galaxie des concurrents Marvel proposait le même schéma et utilisaient les mêmes gimmicks. Mais là ou ce dernier s'en sortait plutôt bien, Suicide Squad échoue de façon tragique. Explications.

Parlons tout d'abord des personnages, principal intérêt de ce film. Oubliez toute la galerie alléchante de méchants, seuls Deadshot, Harley Quinn et, dans une moindre mesure, El Diablo, sont réellement développés. Les autres ne sont là que pour émettre un ou deux marmonnements ou faire des blagues. Et mêmes pour ces personnages on ne peut pas dire qu'ils ont été gâtés avec leurs passés révélés par des flashbacks lourdingues qui viennent alourdir le rythme du film.

Quant au Joker, qui avait été mis beaucoup en avant durant la promotion du film, il n'apparait que très peu et si la prestation de Jared Leto est convaincante, son personnage manque également cruellement de substance pour être intéressant.

Le scénario est d'ailleurs d'un convenu exaspérant avec un adversaire générique qui semble n'avoir aucune motivation ni aucune once de personnalité. Le pire étant l'état dans lequel sort le film : on sent bien que certaines scènes ont été rajoutées à la va-vite, que d'autres ont été coupées ou réduites. Cela se ressent durant le visionnage avec une construction globale inégale et très bancale ainsi qu'un rythme inexistant.

Le film semble vouloir adopter à la fois un ton léger et plus sérieux comme pour essayer de ne pas trop s'éloigner des deux films précédents. Et on tient là peut-être un des soucis du film : une volonté de vouloir faire un peu différent des très précédents films très serious business mais sans trop osé briser la cohérence d'ensemble. On sent également que David Ayer, le réalisateur, n'est pas seul responsable de l'état du film à sa sortie. La production semble en effet avoir mis son grain de sel avec des scènes qui ont été retournées à la va-vite au dernier moment.

Enfin, les scènes d'actions sont sans âmes et les dialogues sont soporifiques tant ils n'apportent pas grand chose à l'intrigue.

On retiendra tout de même une Margot Robbie qui remplit parfaitement son rôle avec une Harley Quinn sexy et complètement cinglée fortement inspirée de la série animée des année 90, deux caméos sympathiques en début de film et des musiques qui collent bien à l'intention de faire quelque chose de décalé.

Pour le reste, en terme cinématographique, Suicide Squad est un échec.

 


BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUSBLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS